Haute Route, Nous y voilà !

Voilà, je me revois en novembre 2017, à l’orée de mes 40 ans, dire à ma petite femme que j’avais un rêve un peu fou, celui de parcourir les plus grands cols des Alpes, de Megève à Nice, en 7 jours au cours d’une course cyclosportive à étape pour amateurs venus du monde entier.
Je lui annonce cela sans être certain d’être en capacité de réaliser ce challenge.

Juste pour avoir son point de vue sans doute.

Juste pour qu’elle me rassure et qu’elle me conforte dans mes choix.

Nous avons toujours fonctionné comme cela, à 2, depuis cet été caniculaire de 2003. Et même si elle n’a jamais gravi de col (peut être un jour…), quelque chose en elle sait ce que cela représente ; sans doute parce que je l’abreuve d’images et de termes techniques depuis tant d’années 🙂

J’ai reçu ma confirmation d’inscription le 21 novembre 2017.

Ce jour de novembre, Julie finit par me dire :” Vas-y, c’est le moment. Tu as 40 ans, tu peux le faire, fais-le. Nous te soutiendrons” (comprendre : nous ferons le dos rond pendant les 9 mois de préparation :):):)

Alors, après avoir discuté avec les personnes qui me sont proches, personnellement et professionnellement, après les avoir informés des contraintes qu’un tel évènement génère, j’ai cliqué et reçu ma confirmation d’inscription le 21 novembre 2017.

J’étais alors inscrit pour la Haute Route des Alpes de fin aout 2018.
Le compte à rebours était enclenché…Le plus dur restait à venir.

 

Depuis ce jour là, beaucoup trop d’évènements, pas toujours heureux, souvent déstabilisants, sont venus perturbés une préparation toute établie. Le quotidien de tout un chacun me direz-vous !
Certainement, mais au cours d’une vie somme toute parfaite jusqu’alors, il a fallu faire face et se battre pour continuer à aller de l’avant afin de tenir cet objectif sportif de l’été 2018.

C’est ainsi qu’en cette veille de course, j’ai accumulé sur les 8 derniers mois :

  • 146 sorties à vélo
  • 9 600 kms
  • 105 000 mètres de dénivelé positif
  • 340 h

Soit quasiment autant que l’an dernier sur 12 mois…
Alors même si la quantité ne fait pas la qualité, ces chiffres me donnent le vertige !

De l’Espagne aux Alpes, en passant par le Ventoux et les Pyrénées, il a été important pour la motivation et l’entraînement de parcourir différentes régions.

Une semaine de pré-compétition passée à Avoriaz en altitude, en famille, a permis de recharger les batteries.
Maintenant, il ne reste plus qu’à…

Qu’à enchainer les journées d’effort
Qu’a gérer l’après course : massage, récupération, nourriture et repos
Qu’à jauger les autres concurrents afin de savoir comment gérer les étapes les unes après les autres
Qu’à se faire plaisir, faire de belles rencontres et profiter de ces moments uniques dans une vie !

Pour celles et ceux qui souhaiteraient me suivre au cours de cette semaine de course (du 26/08 au 01/09), vous pouvez vous rendre sur le site officiel HR : hauteroute.org

De mon côté, selon mes disponibilités et mon état de fraicheur quotidien, je vous ferai part (ou non – Hihihihi) de mes sentiments et anecdotes de chaque journée.

A suivre très très bientôt…

Nico 🙂

One thought on “Haute Route, Nous y voilà !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *