Ariégeoise 2018

J’avais beaucoup apprécié ce moment passé dans les Pyrénées ariégeoises en 2016.
Je savais que je reviendrai tôt ou tard sur ces terres…
L’étape du tour cette année étant jour de mariage, je devais passer mon tour.
Il était alors écrit que les routes ariégeoises seraient à nouveau au calendrier de 2018 !!

Quasiment 1 mois après la cyclo du ventoux, l’occasion de se confronter au peloton, aux cols et à la chaleur était parfaite, surtout dans le cadre d’un objectif secondaire de préparation pour la Haute Route.

Nous avons fait le déplacement en famille afin d’allier course, balade et moments en famille.
Nous avons posé nos valises vendredi après midi du côté d’Aston, juste au dessus des Cabanes, à 2 pas de l’arrivée du lendemain.

Un parfait endroit pour que mes 3 poulettes puissent venir m’encourager en fin de course (trop rare pour ne pas être apprécié à sa juste valeur :)) !

Après avoir récupéré le dossard au village et pris le temps de discuter avec certains exposants, nous avons repris le chemin des cabanes afin que je puisse rouler une petite heure.
J’en ai alors profité pour reconnaitre les derniers kilomètres du lendemain, notamment la descente technique dont j’avais entendu parlé…

Nous avons terminé la journée autour d’une très bonne table, qui me fait encore saliver tout en écrivant ces quelques mots…(La maison Lacube).
Une nuit de repos salvatrice a suivi, avant un réveil à 6h15 !

Les 15 kilomètres qui me séparent de la ligne de départ située à Tarascan sur ariège me permettent ce matin de m’échauffer correctement, sous un soleil levant avec température clémente, 13°.
Je me retrouve ensuite sur la ligne de départ, dans le sas prioritaire, compte tenu de mon classement obtenu 2 ans auparavant.
Je suis relativement serein à quelques minutes de départ et je me remémore les différentes parties du parcours avec un objectif en tête, fixé quelques jours avant : rentrer dans les 30 et/ou établir une moyenne > 27,5 km/h
A 8h précises, le départ est donné. J’ai indiqué la veille à ma petite famille que je devrais arriver autour de 13h45 si le plan se déroule sans accroc 🙂
Je parviens à rester avec le groupe de tête jusqu’à Ax les thermes (40eme km), après avoir monté le Pas de Souloumbrié (partie 1 – 4 kms – 8% – 16 km/h moyenne) et le début du col du Chioula à allure soutenue.
Après la traversée d’Ax les thermes, nous prenons la direction du Port de Pailhères pendant un peu plus de 6 km avant de bifurquer pour les 7 kms du col du Pradel (7 kms à 7 %).
Les premières chaleurs commencent à se faire ressentir.
Je roule alors avec quelques coureurs que je conserverai comme partenaire sur le reste de la cyclo.
Nous basculons dans la descente du col à bonne vitesse (50 km/h moyenne) tout en restant vigilant puisque la route reste ouverte à la circulation.

Nous gérons ensemble la partie de parcours qui nous sépare du col de Montségur et qui demande quelques relances.

Je me renseigne auprès de certains cyclistes qui connaissent la région et qui m’indiquent que le col de Montségur possède quelques passages délicats, notamment dans les derniers kms.

Je décide alors de garder quelques forces, sachant que nous sommes encore loin de l’arrivée et que la chaleur est désormais présente et handicapante.
Pose ‘remplissage bidon’ au sommet puis nous repartons dans la descente tambour battant, notamment avec @JeromeC. Nous menons bon train à 2 avant d’être rejoint par un groupe d’une dizaine de coureurs.
Nous entrevoyons alors les premiers kilomètres du Pas de Souloumbrié, emprunté le matin même de bonne heure.
Et force est de constater que nous le gravirons à une tout autre allure…La fatigue et la météo ont raison de la pente et je pioche un peu…
Le mental prend le relais, surtout en reprenant les coureurs des autres parcours !
Passé Cazenave, je sais que les difficultés sont terminées. Il reste alors à terminer l’ascension sur des pentes beaucoup plus roulantes puis à négocier correctement la dernière descente technique sur les Cabanes.
C’est ce que je réalise avec en tête le fait que ma petite famille m’attend à 500m de la ligne.
Bingo, en les voyant, et en sachant que les 5h30 ont été bien gérées, je suis heureux du boulot accompli !!

Une fois la ligne d’arrivée franchie, je ressens que j’ai beaucoup moins pioché que face au Ventoux, preuve s’il en fallait que l’entrainement paye !!

 

Je prend connaissance du classement que le lendemain et je réalise alors que les 2 objectifs ont été atteints !!!!!!! Parfait dans l’optique de la préparation pour la Haute route.

Nous avons donc profité de l’après midi pour partir avec les filles, à la fraiche, naviguer sur les rivières souterraines de la Bouiches avant de terminer la soirée avec un repas ‘plateau fromage et charcuterie de pays”…Pas très diet tout ça mais tellement bon !!!

Pour la petite histoire, nous avons parcouru le lendemain le parc de la préhistoire situé à 2 pas de Tarascan sur ariège. Ceci a permis à Louise (8 ans) de parfaire son apprentissage de la préhistoire et à Eleonore (6 ans) d’apprendre à allumer le feu avec 2 cailloux et un bout de champignon !! Hihihihi

 

Classement Ariégeoise 2018 (970 cyclistes classés) :

  • 1 – Nicolas MARTIN 04:54:59
  • 2 – Remi BENARFA 04:57:13
  • 3 – Guillaume LAFFONT 05:05:37
  • 4 – Loïc LOGUT 05:11:22
  • 5 – Mathieu BERTHY 05:11:57
  • ……………….
  • 22 – Nicolas PASCAL 05:31:28

 

 

Relive ‘Ariégeoise 2018’

 

Bonne semaine à tous et à très bientôt !

Nico.


Présentation

Retour à mes premiers amours 🙂

L’ariégeoise est une cyclo au départ de Tarascon sur Ariège qui propose un parcours sauvage et accidenté à travers le département de l’Ariège.
J’ai participé à l’édition 2016 en compagnie du club des randonneurs Narbonnais. Nous avions alors gravi les cols de Pailhères et du Chioula. J’avais terminé à une belle 44ème place à un peu plus de 27 km/h de moyenne.
J’en garde un très bon souvenir, avec de belles sensations sous un temps couvert et même humide sur le haut de Pailhères.

Cette année, je “remet ça” avec comme objectif de m’assurer de l’acquis des semaines d’entrainement passées.

 

Les données :

  • Distance : 156 km
  • Dénivelé positif : 3 163
  • Date et lieu de départ : 30/06/18 – Tarascon sur ariège
  • Difficultés : Col du Chioula, Col du Pradel, Col de Montsegur, Pas du Soloumbrié

 

 

 

Les objectifs :

Le Ventoux de début de mois a été digéré (voir article GFNY) et voici l’été avec les premières chaleurs.

Ce parcours va permettre de tester les enchaînements de difficulté sur un parcours sans répis, avec des cols aux pourcentages intéressants. Par rapport à la précédente cyclo, j’apprécierais de terminer avec du jus sur le dernier tiers de parcours.

Le départ avec dossard prioritaire me permettra a priori d’éviter de courir après les groupes partis en éclaireur !

—-> L’objectif affiché : rentrer dans les 50 ou moyenne > 27,5 km/h

Bref, une belle partie de manivelle en perspective ce samedi en espérant avoir profité de la semaine pour me refaire la cerise…

Et puis, j’aurai mes plus ferventes supportrices sur le bord de la route puisque nous faisons le déplacement en famille ; l’occasion de profiter de la région au cours du we 🙂

Bonne soirée,

Nico.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *