Un coach, mais pour quoi faire papa ?

Un matin, entre le petit déjeuner et la traditionnelle séance de ‘On joue à la maîtresse’ (future vocation…?), mes 2 filles m’interpellent et me disent :”Papa, tu as un coach…!? oui, mais, qu’est-ce qu’il fait ?”

Telle est la question qu’un bon nombre de personnes, initiés ou non au sport, se pose autour de moi.

Question que je me suis posé avant d’échanger et de bosser m’amuser avec Sylvain, membre du réseau WTS.

Plusieurs athlètes autour de moi ont (eu) recours à un coach au cours de leur vie afin de préparer un objectif ponctuel ou pour être accompagné plus longuement dans une carrière.

Alors, pourquoi ai-je franchi le pas, pourquoi Sylvain et quelles sont mes attentes envers lui ?


Pourquoi un coach maintenant ?

Je vais être honnête. J’avais entendu parler des coachs (ou entraineurs) au cours des années passées mais, bien que ayant toujours été convaincu du bien fondé de leur action, je n’avais pas encore franchi le pas.

Pour des raisons financières : l’abonnement mensuel ou annuel peut représenter un frein, qui plus est si l’on se fixe 1 seule cyclosportive d’une journée par an. Le rapport cout vs gain peut paraître rédhibitoire (là, c’est nico le contrôleur de gestion qui écrit…:()

Cependant, pour une saison complète, composée de plusieurs cyclosportives, couplée à un objectif principal établi sur une course d’une semaine, le rapport est tout de suite différent.
A ce stade là, Sylvain est rassurant et intelligent en proposant un engagement attractif.

Pour des raisons d’organisation : coaching signifie (souvent) volume d’activité en hausse, et par conséquent temps à consacrer à la vie quotidienne en baisse.
Ceci peut effrayer et rebuter certaines personnes qui ont des activités professionnelles et familiales prenantes. C’est mon cas, particulièrement cette année.
En effet, je suis dirigeant d’une entreprise sur Narbonne, je seconde mon frère sur une activité familiale à distance suite à la disparition soudaine de mon papa en début d’année et j’ai 2 petites filles de 6 et 8 ans avec qui je souhaite partager des moments de complicité.
Il parait alors difficile d’imaginer trouver 15h par semaine pour s’entrainer. Et pourtant, cela est jouable.
Je ne vous cacherai pas, cependant, que cela nécessite de pouvoir s’appuyer sur une famille en or, compréhensive et sur un environ professionnel souple et adaptable (je profite de ce passage pour remercier très chaleureusement celles et ceux qui se reconnaitront).

Pour des raisons de fierté : nous sommes tous différents mais me concernant, le fait de parvenir à établir un bon résultat sur une cycloportive telle que l’étape du tour en établissant soi même son propre programme d’entrainement (foncier, spécifique, objectifs secondaires, gestion du pré-objectif), est très valorisant.
Mais encore une fois, la montagne à franchir (sans aucun jeu de mot…hihihi) dans le cadre de la Haute Route est si disproportionnée que j’ai “ravalé” ma fierté et pris contact avec Sylvain pour obtenir un vrai programme à la hauteur de l’évènement.

Pourquoi Sylvain ?

Sans conseil avisé de la part d’athlète, j’ai débuté ma recherche par l’intermédiaire de mon ami Google.
J’ai notamment rempli un questionnaire de contact auprès de WTS.

Sylvain a répondu le lendemain en me proposant d’échanger par téléphone afin que chacun fasse part de ses points forts, de ses attentes envers l’autre, bref évaluer le potentiel du binome 🙂

Et force est de constater que nous avons rapidement compris que nous étions sur la même longueur d’onde, évoquant  notamment l’impératif de fixer des objectifs (chiffrés). Ou comment la passion rejoint le professionnel !

Le fait que Sylvain ait déjà accompagné des coureurs dans la préparation de la Haute Route a également été un argument convaincant. A cela vous rajoutez qu’il soit probable (je lui souhaite) qu’il soit sur la cyclo en aout prochain, vous comprendrez alors les raisons qui m’ont poussé à dire GO !

Quelles sont mes attentes envers le coach ?

Deux attentes principales sont à l’origine de ma décision:

  • Parvenir au jour J suffisamment préparé, sans être trop entrainé.

Il est extrêmement difficile de parvenir à établir le volume d’entrainement idéal pendant les mois qui précèdent l’échéance.
-> Vous en faites trop, vous arrivez “cuit”
-> Vous n’en faites pas assez, vous subissez

Il existe des grands principes de planification axés sur des cycles de quelques semaines (mésocycles, macrocycles) pendant lesquels vous alternez volume et repos.
Mais ceci dépend de chaque individu et s’avère complexe en mettre en place.

Il s’agit donc de ma première attente envers le coach.
Pouvoir m’appuyer sur un programme adéquat, personnalisé qui m’emmènera jusqu’au 26 août dans les meilleures conditions.

 

  • Gérer la semaine de course : pouvoir enchainer les 7 jours en prenant du plaisir

Mon rêve -> vivre la Haute Route, jour après jour, physiquement et mentalement de mieux en mieux, comme les bons coureurs professionnels de grand tour qui parviennent à leur forme optimale en 3ème semaine !
L’expérience de Sylvain sera, je le souhaite, un réel atout dans cet exercice.

Cette aventure ne fait que commencer. Vous pourrez la suivre au travers des principales phases d’entrainement que je partage avec vous (par ici).
Je ne manquerai pas de vous faire part de mes impressions au fur et à mesure que les semaines avancent !

 

Si mon histoire vous a convaincu de faire appel aux services d’un coach pour vous préparer au mieux, vous pouvez contacter Sylvain (sylvain.perreal@yahoo.fr). Cependant, ne soyez pas trop nombreux… Faites en sorte qu’il puisse avoir suffisamment de temps à me consacrer pour que je puisse mener à bien Le challenge de la dernière semaine d’aout 🙂

A bientôt,

Nico.

8 thoughts on “Un coach, mais pour quoi faire papa ?

  1. Bonjour,
    Tu verra tu va être de mieux en mieux chaque jour. L’objectif est d’évoluer à SON niveau et ne pas penser au lendemain. Tu aura le temps de récupérer après les étapes. Manger, boire, dormir, profiter, être dans une petite routine de cycliste pro.
    Sylvain et JB sont des chics gars. Tu le saluera de ma part.
    cela peut t’intéresser http://www.wts.fr/haute-route-nicolas-raybaud/

    Bonne haute route et si tu as des questions, n’hésites pas à me contacter.

    1. Bonsoir Nicolas,
      Merci beaucoup de m’avoir laissé ce message, toujours très intéressant de la part d’un coureur de ton niveau !
      J’en profite : si tu as 1 conseil, 1 chose à privilégier avant et pendant la HR, ce serait quoi ?
      Bonne continuation, je te suivrai via le blog qui est top, chapeau !

  2. Que dire à celui qui est son coach hebdomadaire ;p ??? Un coach prenant un coach laisse entrevoir la marge du premier coaché 😉
    Goooo Nico!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *